Nous n'avons pas choisi de venir au monde, mais nous avons le droit de choisir où vivre l’éternité.

Blog

L’Esprit de la Promesse

Par ordre Divin, Moïse a transféré à Josué la responsabilité de conduire les fils d’Israël vers la Terre Promise.

Cependant, la mort de Moïse a abattu Josué. L’Éternel dût alors intervenir et l’encourager pour une telle mission.

…maintenant, lève-toi, passe ce Jourdain, toi et tout ce peuple, pour entrer dans le pays que je donne aux enfants d’Israël.” (Josué 1:2)

En d’autres termes: Soyez maintenant disposé à vous lever et à vous emparer de la Terre Promise.

Qu’est-ce cela a à voir avec les suiveurs du Seigneur Jésus, le Nouvel Israël, de nos jours?

Les fils d’Israël ont été délivrés de l’esclavage égyptien et ils avaient en eux l’idée fixe de la promesse de Dieu, de “le faire monter de ce pays dans un bon et vaste pays, dans un pays où coulent le lait et le miel” (Exode 3:8)

Motivés par la force de cette Promesse, ils sont sortis dans le désert. Ils n’avaient aucune garantie palpable, qui puisse leur donner la certitude de l’accomplissement de cette promesse.

En effet, la Promesse qui sortit de la bouche de Dieu les convainquait de cette réalité, jusqu’alors invisible.

Mais maintenant, face à la Terre Promise, Moïse était mort.
Le leader était mort, mais l’Esprit de la Promesse, ne l’était pas.
L’Esprit de la Promesse ne meurt pas et n’abroge pas Sa Parole.
Tel est l’Esprit de la foi chrétienne.
L’Esprit de la Promesse rend témoignage à notre esprit que Sa Parole s’accomplira.

Cette perle de révélation ne s’allie pas aux pourceaux et, bien moins, à la sainteté de la Parole aux chiens. (Matthieu 7:6)

Cependant, ceux qui sont guidés par l’Esprit, ceux qui ne voient pas et croient, à l’exemple Josué et de Caleb, s’emparent de la Promesse.

Nous étions esclaves des vices et des complexes, de la dépression, de la peur, du doute, des religions, tout autant que les hébreux en Égypte.

Et comme ils ont été libres et guidés par l’Esprit de la Promesse vers un bon et vaste pays, dans un pays où coulent le lait et le miel, nous qui suivons le Seigneur Jésus, nous le sommes aussi.

Si eux, qui était un peuple au cou roide, ont acquis la promesse, pourquoi ceux qui ont été rachetés par le sang du Fils de Dieu et ont été scellés avec l’Esprit de la Promesse n’ont pas le même droit envers le pays où coulent le lait et le miel?

Ne serait-ce pas un bon et vaste pays, un pays où coulent le lait et le miel, la vie abondante promise par le Seigneur Jésus?

Alors, “Montons, emparons-nous du pays, nous y serons vainqueurs!” (Nombres 13:30)

Évêque Edir Macedo
Évêque Edir Macedo

Participez! Laissez vos commentaires sur ce post

Savez-vous que vous pouvez également recevoir des articles de mon blog par e-mail? Remplissez ci-dessous: