Nous n'avons pas choisi de venir au monde, mais nous avons le droit de choisir où vivre l’éternité.

Blog

Le serviteur à l’oreille percée

Voici les lois que tu leur présenteras. Si tu achètes un esclave hébreu, il servira six années; mais la septième, il sortira libre, sans rien payer. S’il est entré seul, il sortira seul; s’il avait une femme, sa femme sortira avec lui. Si c’est son maître qui lui a donné une femme, et qu’il en ait eu des fils ou des filles, la femme et ses enfants seront à son maître, et il sortira seul. Si l’esclave dit: J’aime mon maître, ma femme et mes enfants, je ne veux pas sortir libre, – alors son maître le conduira devant Dieu, et le fera approcher de la porte ou du poteau, et son maître lui percera l’oreille avec un poinçon, et l’esclave sera pour toujours à son service. Exode 21:1-6

Le serviteur, à l’oreille percée, était connu, dans la société de son époque, comme quelqu’un qui était serviteur, par décision personnelle. Partout où il allait, cette oreille percée allait attirer l’attention des autres.

En pensant à cela, me vient à la pensée de la tribu Maasaï, dans laquelle nous voyons beaucoup d’hommes avec l’oreille percée, résultat d’un alésoir qu’ils ne portent plus aux oreilles. On peut dire qu’il est pratiquement impossible de ne pas remarquer le trou dans leurs oreilles!

Et cela nous fait penser au serviteur qui, par amour, perçait son oreille, dans une attitude de don de soi permanent. Partout où il allait, les gens savaient immédiatement qu’il avait décidé d’être un serviteur, alors qu’il n’avait pas l’obligation de l’être.

Bien que, par le droit de rachat (par la Rédemption), le Seigneur Jésus est notre propriétaire, Il n’impose pas Sa domination sur nos vies. Nous avons tous été libérés de l’esclavage (Galates 4:7), mais nous pouvons assumer volontairement cette position par amour (et c’est, réellement, ce que Dieu attend de nous!).

Réfléchissons un peu plus sur le serviteur à l’oreille percé. Pendant six années, il servait son seigneur, en sachant qu’à la septième année, il serait libre. Combien sont ceux qui, dans les mêmes conditions, seraient déjà en train de compter les jours pour célébrer leur liberté avec une grande fête! C’est le genre de pensée très naturelle que beaucoup pourraient avoir.

Ce qui est rare est l’idée que nous voulons être des serviteurs sans que cela soit obligatoire. Mais ce concept de servir sans être contraint, est exactement ce que Dieu cherche, des personnes qui viennent Le servir par amour et non, par obligation, peur ou intérêt personnel.

La seule raison pour quelqu’un de rester serviteur après six années de servitude, serait de le faire par amour.

Le texte biblique dit: “Si l’esclave dit: J’aime mon maître, ma femme et mes enfants, je ne veux pas sortir libre”. Notez que, bien qu’il ait une famille (femme et enfants, qui ne pouvaient pas suivre le serviteur, en étant libre), il est mentionné, l’expression “j’aime mon maître” est ce qui vient, en premier lieu. La décision découlait d’un sentiment qui, par-dessus tout, enveloppait le seigneur de ce serviteur.

Le Seigneur Jésus a conquis le droit d’être notre Propriétaire, Maître et Seigneur. Cependant, Il préfère ne pas utiliser ce droit comme conquérant de nos vies. Il préfère, lorsque la liberté nous est offerte, que nous choisissions de Le servir de notre propre gré. Le serviteur à l’oreille percée ne resterait pas avec son Seigneur, par obligation, mais oui, pour l’amour, parce que, contrairement à satan, qui opprime ses esclaves, Dieu aime et respecte profondément ceux qui Le servent!

Évêque Alvaro Lima
Collaboration: Évêque Alvaro Lima

Participez! Laissez vos commentaires sur ce post

Savez-vous que vous pouvez également recevoir des articles de mon blog par e-mail? Remplissez ci-dessous: