Nous n'avons pas choisi de venir au monde, mais nous avons le droit de choisir où vivre l’éternité.

Blog

Les États-Unis ont un quota de 2,3 millions de prisonniers, ce qui les mène à être le premier le pays dans la liste des Nations possédant la plus forte population carcérale au monde. Rien qu’au Texas, nous comptons sur 141 661 détenus, étant ainsi le 1er État, avec la plus grande population carcérale aux Etats-Unis, où il existe la peine de mort.

Pour vous donner une idée, il y a plus d’américains derrière les barreaux que dans les dortoirs des Facultés. Par ailleurs, selon les données de l’enquête réalisée par les ICPS (International Centre for Parliamentary Studies), à chaque 100 000 habitants aux États-Unis, 698 voient «le soleil se lever derrière les barreaux» et chaque année 7000 personnes meurent dans les prisons américaines, beaucoup sont assassinées ou se suicident.

Contrairement à ces chiffres alarmants, le travail de l’Universelle UNP (UBB) «Universal Beyond Barres» (l’Universelle derrière les Barreaux, traduction libre), dans la réhabilitation des détenus va au-delà des frontières et des langues.

Depuis quelques mois, le travail de l’Universelle dans les Prisons mène des actions sociales et le soutien spirituel à Clemens unité, au Texas.

«Beaucoup d’entre eux ne croient pas qu’ils peuvent mener une vie libre en prison, parce qu’ils ont été arrêtés plusieurs fois. Certains d’entre eux se sentent sans espoir, parce que leur propre famille les ont abandonnés. Cependant, nous pouvons voir l’avancement du travail, que nous sommes en train de réaliser avec eux, parce que nous avons déjà beaucoup de témoins et même les policiers ont vu les changements» – relate le Pasteur Quincy Leith, responsable du groupe dans le pays.

L’Universelle en Prison inaugure la première église au Texas, USA.

Photos avant les travaux réalisés pour l’inauguration de la nouvelle église

Récemment, l’Universelle a ouvert ses portes au sein de l’Unité de Clemens au Texas. Ayant la capacité d’accueillir 100 détenus, la réunion inaugurale a été administrée par l’évêque Bira Fonseca, responsable du travail en anglais, aux États-Unis.

«Beaucoup sont arrêtés parce qu’ils ont commis des crimes – ils ont enfreint la loi. Si un homme vole un autre homme, perd sa liberté. Imaginez lorsqu’un homme vole ou est infidèle à la Loi de Dieu, qui est Sa Parole?

Toutefois, si ce même homme, qui a volé un autre homme et a perdu sa liberté, décide aujourd’hui de revenir 100 % à Dieu, cet homme devient libre, même en étant derrière les barreaux», a-t-il enseigné aux prisonniers.

 

Collaboration: Évêque Bira Fonseca

Évêque Edir Macedo
Évêque Edir Macedo

Participez! Laissez vos commentaires sur ce post

Savez-vous que vous pouvez également recevoir des articles de mon blog par e-mail? Remplissez ci-dessous: