isTablet() ) { ?>

Nous n'avons pas choisi de venir au monde, mais nous avons le droit de choisir où vivre l’éternité.

Blog

LISEZ ATTENTIVEMENT, JE SUIS UNE EX-PASTEUR:

Avant le suicide de deux pasteurs dans les derniers jours, je dois raconter mon témoignage publiquement. Je fais cela, non pour vous mettre en doute ou changer votre foi.

Mais je le fais par amour aux vies. Je n’ai pas peur de l’exposition ou des critiques, mais j’ai besoin de parler. Je ne peux pas, face à l’Esprit de la Vérité, cacher ce qu’il a fait pour moi cette semaine.

Je suis chrétienne, depuis 12 ans, je me suis convertie en 2006. Les années se sont passées et j’ai traversé beaucoup de choses qui ont laissé ma foi en conflit.

Ainsi, par «révélation de Dieu», j’ai décidé de participer à un cours de théologie et de formation pastorale, d’une institution sérieuse, qui n’a rien à voir avec le problème que j’avais (je laisse cela bien clair). Sans le savoir, je n’étais pas délivrée et j’allais à grands pas vers la perdition totale.

Je pensais que c’était un désert, une épreuve ou quelque chose de ce genre, comme on me l’a enseigné.

Mais, au fil du temps, j’ai réalisé que c’était quelque chose de grave, que beaucoup disent être une manie ou un manque de foi. C’était une dépression sévère, avec de forts désirs de suicide.

Il y a eu de jours, encore, j’étais constamment affectée par ce désir de mourir.

J’ai connu la foi de l’Universelle, il y a 4 ans, j’étais déjà pasteur et pour moi ce fut un choc lorsque durant une réunion, j’ai manifesté un démon. Ma conscience était absente, mon corps tremblait et avait des frissons (des frissons semblables le pentecôtiste), j’ai senti mon corps en feu et je bavais, je sentais une très grande haine.

Littéralement, je n’avais aucun contrôle sur mon corps.

Après cette situation, je me suis retrouvée sur l’autel de Dieu, étant interviewée par un évêque et sans savoir le pourquoi de tout cela.

Je ne savais pas que la vérité avait été révélée, que le démon s’était manifesté en langues (oui, en langues) et le pire est que ce qui m’utilisait n’était pas le Saint-Esprit, mais un esprit trompeur.

Je n’avais pas le sceau de Dieu comme je le pensais et je priais pour des personnes possédées et ces démons entraient dans ma vie. Des milliers de démons travaillaient dans mon corps et me détruisaient, spirituellement, physiquement et matériellement dans tous les domaines.

La voix dans mon esprit, qui me dirigeait tout ce temps, dans les soi-disant révélations, m’a dit que j’étais dans un pays d’hérésies et que c’étaient eux qui mettaient des démons en moi.

J’ai acheté ce mensonge de l’enfer.

J’ai abandonné l’Universel et j’ai continué à «prêcher».

Ce fut la plus grosse erreur de ma vie. Peu à peu, en priant pour les gens et en prêchant, ma vie se détruisait d’une manière si forte que tout se fermait. J’ai tout perdu, principalement, ma dignité.

Jusqu’à ce qu’un jour, loin de tout, qui se rapportait à l’Universel, j’étais chez moi. Lorsque assise devant mon ordinateur en train d’écrire une parole de plus sur mon site de sermons, j’ai ressenti un énorme désir d’aller à l’Universel. C’était une journée de samedi.

Je n’ai pas résisté et je j’y suis allée. En y arrivant, seule, c’était une réunion de sauvetage et le pasteur a appelé tous ceux qui avaient amené un invité, devant, j’avais été amenée par Dieu Lui-même (je sais cela aujourd’hui) et j’étais seule. Lorsque les ouvriers ont prié, il y eut encore une manifestation diabolique.

Un film est passé dans ma tête et alors la révolte est entrée dans mon cœur contre ces esprits impurs et trompeurs. J’ai décidé d’arracher tous les doutes et d’accepter la vraie foi en Dieu.

C’est moi qui était possédée, pas les ouvriers et les pasteurs, qui mettaient de démons en moi, comme je le pensais. Tout était clair!

La Campagne d’Israël est arrivée et je suis partie avec tout!

Et me voici libre, délivrée du désir de mort, cherchant l’Esprit de Dieu, j’ai laissé prise mon ministère, j’ai tout recommencé, dans l’humilité et avec la certitude que, tout d’abord, nous devons avoir la structure et le véritable Saint-Esprit pour faire Son œuvre.

Puis, il faut beaucoup de COURAGE pour avouer ses failles, l’orgueil, l’ego. Pour ne pas être victime du suicide.

J’ai senti dans la peau ce qu’un suicidaire pense. Et, honnêtement, si ce n’était pas mes pasteurs et ouvriers, je ne serais pas vivante, pour vous écrire, ici.

Croyez-moi, je n’aurais pas survécu cette année!

Je ne suis pas morte, par ma sincérité et humilité envers Dieu.

Personne ne m’a payé pour manifester quoi que ce soit, s’ils m’avaient, je serais riche… mais j’ai vécu dans la misère toutes ces années, mangeant désespérément pour me détruire, j’ai pris 40 kg et j’ai été rejetée par tous, parce que j’ai rejeté cette vérité et j’ai laissé le doute me dominer.

Alors mes amis pasteurs… vous qui lisez mon récit, à cet instant et qui résistez encore, acceptant la souffrance comme une épreuve divine ou quelque chose de ce genre, soyez honnêtes avec vous-mêmes, mes chers: À quoi cela sert de gagner le monde entier et de perdre son âme??

Ne jouez pas avec le diable, le titre ne sauve personne.

Que Dieu vous bénisse!

Collaboration: Ex-pasteur Ana Claudia Mendes

Évêque Edir Macedo
Évêque Edir Macedo

Participez! Laissez vos commentaires sur ce post

Savez-vous que vous pouvez également recevoir des articles de mon blog par e-mail? Remplissez ci-dessous: