Nous n'avons pas choisi de venir au monde, mais nous avons le droit de choisir où vivre l’éternité.

Blog

Ce qui nous fait rester debout

Ah, quel jour incomparable celui où le Saint-Esprit nous a révélé le Saint Chemin, qui est le Seigneur Jésus!

Nous apprenons qu’en y marchant, nous atteignons le Salut.

Au début du parcours, la plupart des chrétiens craint, parce que le souvenir du passé amer est encore bien vivant. Toutefois, sans une réelle attention de la vie spirituelle, le temps efface cette mémoire et les valeurs Divines se perdent peu à peu.

La crainte de l’Éternel et de Sa Parole est le plus important parce que c’est ce qui permet l’obéissance. En l’absence de ce principe fondamental de la vie chrétienne, la personne se lâche et se retrouve sans frein face à toute tentation.

Cela signifie qu’elle est en grand danger, parce que souvent, tout le monde est encouragé par le mal à pécher contre Dieu d’une manière ou d’une autre. Voyez que le Propre Seigneur Jésus a traversé cette confrontation et a été tenté par le diable. Toutefois, pour la crainte révérencielle à Son Père, il a résisté fermement et nous a appris comment nous devons réagir rapidement à cette action des ténèbres.

Mais, quand la foi ne suit pas la peur, la personne devient vulnérable aux attaques du mal.

– Sans crainte, elle n’arrivera plus à maintenir son intégrité face à la facilité d’être malhonnête et voler;

– Sans crainte, elle ne résistera plus à la tentation de cliquer sur le matériel pornographique qui vient régulièrement sans demande;

– Sans crainte, il est impossible de garder un cœur pur en étant blessé et trahi par ses proches;

– Sans crainte, elle ne se maintiendra plus sereine et sans se défendre contre les calomnies;

– Sans crainte, elle ne s’oppose plus aux nombreuses influences reçues au travail, à l’école, dans un cercle d’amis etc., au sujet des drogues, les mensonges, le sexe et les méchancetés;

– Sans crainte, elle ne protège plus sa foi pour être lésée et jugée;

– Sans crainte, les souhaits cascadent dans votre esprit ouvert et sans protection et tôt ou tard, elle succombera à la chair qui pousse un cri de soulagement.

Et ainsi est né le péché.

Tant que la personne sans crainte a de nombreux prétextes pour tomber, celle qui craint, même en ayant des raisons vraiment négatives, elle demeure fidèle. Elle a tout pour s’écarter de la foi, mais sa crainte est une défense, c’est pourquoi, elle lutte pour garder des pensées, des intentions et des chemins purs.

Voyez quelle compréhension magnifique de la peur:

Ma chair frissonne de l’effroi que Tu m’inspires, et je crains Tes jugements. (Psaume 119:120)

Le psalmiste dit qu’il ne sent pas seulement l’amour pour la Parole de Dieu, mais son âme frissonne d’effroi à l’idée des jugements du Très-Haut, en réponse au péché. Les poils de son corps s’irrissaient de frissons par la crainte profonde de la discipline qu’il pouvait subir, s’il y transgressait.

Remarquez qu’il a de l’effroi envers Dieu et la crainte de Dieu, c’est pourquoi il se détourne du péché.

Celui qui possède cette crainte, craint et le tremble à l’idée de perdre le privilège de la présence du Tout-Puissant. De cette façon, pour ne pas prendre ce risque, il se perfectionne, de jour en jour, dans sa communion avec Dieu. Chaque parole entendue ou lue dans les Saintes Écritures parlent profondément et nourrit son esprit.

En revanche, celui qui a perdu la crainte peut avoir des connaissances sur ces choses, mais il va errer sur les sentiers tortueux du péché dans son esprit, jusqu’à arriver au point où le diable le fera chuter d’un coup!

Fonder la vie sur la crainte c’est la fonder sur le Rocher Éternel et ainsi vivre éternellement sans danger.

 

Collaboration:  Nubia Siqueira

Évêque Edir Macedo
Évêque Edir Macedo

Participez! Laissez vos commentaires sur ce post

Savez-vous que vous pouvez également recevoir des articles de mon blog par e-mail? Remplissez ci-dessous: